Dans le secteur tertiaire notamment, encourager le travail à distance pour tous les postes ne requérant pas de présence physique, au moins 2 ou 3 jours par semaine, par des incitations fiscales ou par décret lors des pics de pollution.
Cela pourrait diminuer les embouteillages d’heure de pointe, très gourmands en pétrole et en temps perdu. Il faudra (se) former aux bonnes pratiques de communication pour un télétravail réussi.