Les enfants du quartier l’ont surnommée « la rue des pauvres » et ne veulent plus l’emprunter. Clochards, mendiants, alcoolisés qui s’en prennent aux passants, dortoirs à ciel ouverts détritus et pigeons, tout y est.