La privatisation calamiteuse des autoroutes a privé l’État d’une rente indispensable pour l’entretien des nos infrastructures. Des technocrates réfléchissent à donner la gestion de nos routes à ces sociétés contre une durée de leurs concessions augmentée de plusieurs années. Cette triste expérience n’empêche pas le gouvernement de vouloir privatiser les aéroports au détriment de l’intérêt des Français.
Retour à une meilleure gestion des actifs de l’État pour dégager des excédents sans privatiser