Elle est de 2 ordres :
1) ce ne sont pas les projets qui apporteront le plus aux populations en fort besoin qui en sont les grands bénéficiaires (ce qui devrait être le 1er critère d'attribution) mais les projets les mieux ficelés par les collectivités qui en ont les moyens et qui sont portés par les personnalités politiques possédant le plus de relations pour faire remonter le dossier sur le haut de la pile et pour donner un coup de pouce au montant attribué .