La lutte contre le travail au noir, dans le secteur du services à la personne, qui consiste à subventionner le client, coute très cher aux contribuables et complique excessivement la vie des citoyens. De plus, et c'est absurde, elle criminalise le travail des plus modestes au lieu de le valoriser. Je propose de supprimer toutes subventions et de rendre le travail libre entre citoyens d'une même commune. Cela devrait également favoriser la mixité sociale.