Face aux urgences climatiques, sociales, baisse de pouvoir d'achat, et la recherche croissante d'une alimentation sans pesticides, de nombreuses personnes souhaitent venir à une « certaine autonomie potagère » dans le respect de l'environnement. Afin de favoriser cette démarche dans notre ruralité, où tous n'ont pas d'espaces privés, les jardins laissés à l'abandon sont des ressources à partager.