Les doléances de 1789 étaient rédigées et collectées par paroisse et portées au roi par des délégués. Ces délégués existent aujourd'hui: ce sont les maires. Il est donc nécessaire que ces doléances soient traitée par les maires (AMF ou AMRF) et non par les préfets, représentants sur terre du roi, qui risquent d'effectuer un classement vertical un peu trop rapide.